L’autostop EST politique

« Tu fais du stop ? Mais tu n’as pas peur ? Pourquoi tu ne prends pas le train/un covoiturage ? »

Premières remarques, premières explications.

La pratique du stop, autrefois massive, est aujourd’hui bien plus marginale. Cependant, elle demeure bel et bien politique. Car en effet l’autostoppeur est un irréductible (pas forcément gaulois) !

L’autostoppeur résiste à notre société matérialiste où la voiture individuelle a toujours bonne presse.
L’autostoppeur résiste à notre société destructrice de l’environnement et qui ne voit pas le problème, ou ne veut pas le voir.
L’autostoppeur résiste à notre société apeurée qui voudrait nous faire croire que la menace est partout, tout le temps. Que l’Autre est forcément mauvais et dangereux.
L’autostoppeur résiste à notre société marchande, où la moindre activité doit avoir un prix.
L’autostoppeur résiste à notre société cloisonnée où le confort des uns ne doit pas être dérangé par le malheur des autres.

Au contraire…

L’autostoppeur défend une société du don où l’échange non-financier à sa place parmi les différentes interactions humaines.
L’autostoppeur défend une société écologique où les transports sont partagés un maximum pour réduire notre empreinte carbone.
L’autostoppeur défend une société conviviale où les gens se parlent et apprennent les uns des autres au-delà de leurs différences.
L’autostoppeur défend une société plus lente où le temps de déplacement n’a pas forcément besoin d’être compressé. Où le voyage lent est un pléonasme.

Alors bien sûr, tout autostoppeur n’a pas en tête un projet de société aussi bien défini dès qu’il tend le pouce, mais il incarne cette forme de résistance. Celle des personnes qui osent encore parler à des inconnus, monter dans leur voiture et même parfois dormir chez elles.
Ils se rendent compte alors que résister n’a jamais été aussi simple et joyeux.

Alors bien sûr, si l’autostop est politique, c’est que TOUT est politique, de nos modes de déplacement à nos choix de consommation en passant par les outils numériques que nous utilisons. Et comme tout projet politique qui veut convaincre, il nous faut insister, montrer que d’autres choses sont possibles et que personne ne pourra nous dire stop !

 

« Le bonheur n’est pas au bout du chemin, c’est le chemin qui est bonheur » – proverbe tibétain

 

Pierre-Élie

Advertisements

Une réflexion sur “L’autostop EST politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s